La Belle au Bois Dormant
création 2017- conte théâtral et musical à partir de 7 ans
d’après l’oeuvre de Perrault
TTT Télérama – coup de coeur du Festival Momix 2020
Comment surprendre avec une histoire que l’on connaît déjà par coeur ? C’est le défi que relève le Collectif Ubique avec cette adaptation théâtrale et musicale.

Le trio revisite l’intouchable avec pas moins d’une quinzaine d’instruments pour réveiller une princesse bien décidée à ne pas plonger dans la torpeur :

cornemuse, bodhran, guitare baroque, théorbe, violon…

Entre théâtre et musique, un seul mot d’ordre : casser les codes, briser le déjà-vu et incarner avec poésie et humour les personnages de ce classique parmi les classiques, dépoussiéré et ragaillardi dans un grand souffle de fraîcheur.
Production : Collectif Ubique

Texte, musique et mise en scène
Collectif Ubique (Simon Waddell, Audrey Daoudal, Vivien Simon)

Distribution 
Audrey DAOUDAL
la conteuse – la Seconde Fée – la Belle
violon, tambour à peau, xylophone, chant, bruitage
Vivien SIMON la Première Fée – la Méchante Fée – le Conteur – le Garde – le Valet
cornemuse Centre-France, bodhran, percussions, xylophones, chant, bruitage
Simon WADDELL – la Troisième Fée – le Garde – le Prince
théorbe, guitare baroque, percussions, chant, bruitage

Le Collectif dispose d’une captation intégrale du spectacle à destination des professionnels.

Une belle qui donne du fil à retordre

Tout comme leur première création, La Belle au Bois Dormant est une demande du Festival Alexandre de Bernay, qui, en 2014, commande au Collectif un conte de Perrault. Un peu dans la précipitation et l’urgence, les artistes choisissent le plus célèbre. Le début d’une création qui prendra quatre ans.
Une première version voit le jour en quelques semaines de création. La signature est là : trois chaises, face public, nouveaux instruments, textes et compositions originales aux influences trad irlandaises, galiciennes… Mais les artistes le savent, ce premier jet est laborieux. Longueurs, manque de rythme, transitions, sens et cohérence. Tout est à refaire. Soyons honnête, ce conte les ennuie. Cette princesse passive qui ne demande rien à personne va alors leur inspirer tout autre chose…
La solution, le trio va la trouver en redéfinissant le personnage de la Belle et sa place dans le récit. Cette Belle au Bois Dormant, avant d’être une princesse, c’est un caractère dans la fleur de l’âge, plein de vie et d’attente coupé dans son élan et ses envies. C’est injuste. Et elle va se dresser contre ça.
Une princesse qui ne se laisse pas faire, personnage féministe ? Oui, par la force des choses. Cette adaptation, c’est l’histoire d’un personnage qui dit en toute logique :
“Ce qui m’arrive est injuste. Je n’ai rien demandé. Et je ne suis pas d’accord.”
La version finale s’affine au cour de la tournée 2017-2018. Après un grand succès au Festival Tout Ouïe Avignon 2018, le spectacle reçoit les 3 T Télérama et est coup de coeur du Festival Momix en 2020.
Presse

Françoise Sabatier-Morel aime “passionément”

“Créer la surprise en racontant la Belle au Bois Dormant ? C’est le pari parfaitement tenu que font les trois comédiens-musiciens du Collectif Ubique…”

Interview d’Audrey Daoudal pour France 3 à l’Opéra National de Bordeaux – décembre 2018

Coup de coeur du Festival Momix

Frédérique Meichler pour le journal l’Alsace

“De l’énergie en barre, l’auditoire n’a guère le temps de se poser, on est pris d’un délicieux vertige pendant un tour d’horloge, tout ouïe et les yeux écarquillés pour ne pas manquer une miette de la densité de ce qui se passe sur scène.”